Héritage et Esprit visionnaire

 

1910-1920

C’est au début du XXème siècle que l’Histoire de la Maison débute. Gregory Salomon, dissident russe, s’exile en Sibérie. Terre d’encrage et de passage obligé depuis le XIIIème siècle des marchands de fourrure et de peaux. Il s’imprègne alors de cette culture et démarre sa propre activité devenue une réelle passion.
La famille Salomon émigre en France en 1920 et Grégory devient un des principaux marchands fourreurs de la place parisienne.

1960

Boris Salomon, deuxième génération, prend la direction de la Maison et bouleverse le monde de la Mode grâce à ses idées modernes et visionnaires. Il lance notamment la tendance des peaux tachetées et des fourrures colorées dans des teintes pop.
Les premiers partenariats avec des illustres institutions de mode françaises voient le jour. Dior et Révillon, les deux maisons de luxe les plus exigeantes en la matière figurent parmi ses fidèles clients.

1972

Yves Salomon, troisième génération, reprend le flambeau de l’entreprise familiale.
Dans les années 1980, la maison s’associe aux créateurs les plus en vue de la capitale. Les liens avec le monde de la mode se tissent davantage. La collection Fourrure de Thierry Mugler est lancée. C’est un tel succès que le tout Paris souhaite s’associer à la maison Salomon. C’est le début des licences et de partenariats de longue date : de Jean-Louis Scherrer à Nina Ricci, d’Azzedine Alaïa à Guy Paulin et Popy Moreni, sans oublier Sonia Rykiel, Karl Lagerfeld et Jean-Paul Gaultier suivi par les illustres maisons Yves Saint Laurent, Prada et Louis Vuitton.
Yves Salomon, alors négociant en peaux, s’aventure sur le terrain de la création et constitue un atelier afin de réaliser les rêves des plus grands créateurs. Cela lui permet de développer de nouvelles techniques et les innovations se succèdent, métamorphosant le paysage de la fourrure.
Entre tradition et modernité, Yves Salomon assoit alors son aura, sa signature d’excellence, d’inventivité et de créativité, dont la suite logique réside en la création d’une marque éponyme mêlant style et techniques révolutionnaires. En 1980, la Maison Yves Salomon voit le jour.
Loin de l’image de la fourrure traditionnelle, la griffe revendique la longue tradition des matières et l’apport intuitif de techniques révolutionnaires. Il faut savoir que la maison travaille une centaine de fourrures différentes, du blaireau à l’ondatra, marmotte, vison, chat lynx, renard, zibeline, chinchilla… Il suffit de s’initier, dans la bibliothèque de styles, aux effets de plumes ou de sharpei, à un aspect tweed optique, à un citrine saturé ou un bleu lagon surréel… Et de découvrir que la fourrure, travaillée ici, est étrangement et voluptueusement plus légère qu’un tissu.
Aujourd’hui, la maison Yves Salomon, maison de mode doublée d’une connaissance unique des peaux et de leur métamorphose, se décline en plusieurs lignes.
 

2000

Le passage au XXIème siècle signe également l’arrivée de Thomas Salomon, 4ème génération, au sein de l’entreprise familiale, apportant dynamise et énergie à la maison. Héritier d’une culture porteuse de rêve et d’un savoir-faire unique, il poursuit l’aventure familiale aux côtés de son père.
Avec ce vent de fraîcheur vient également la création d’un département de recherche et développement associé à des compétences de production du plus haut niveau. Cet atelier combine des innovations dans le traitement des peaux, techniques de montage et associations évidentes ou intrigantes.
 

2005

 

Yves Salomon lance la collection ARMY. La ligne s’inspire de parkas vintages chinées aux puces et retravaillées afin de dévoiler une nouvelle ligne résolument moderne et urbaine.

ARMY allie performances techniques et matières luxueuses et s’étoffe désormais de différents modèles de coupe-vent et doudounes, imperméable, t-shirt, hoodies et pantalon treillis ou cargo.
Plus tard, la maison lance une nouvelle collection : Météo.
Une ligne 100% « fur-free » élaborée à partir de laine et de peaux d’agneaux, dont l’objectif est d’offrir une alternative à la fourrure animale, mais également à la fausse fourrure dérivée du pétrole.
Sans arrêter pour autant de produire des modèles élaborés à partir de vraie fourrure : "il est important de laisser le libre choix aux consommateurs, et de ne pas brider les créateurs", a déclaré Yves Salomon. Une des nombreuses façons pour la famille d’insuffler et de faire perdurer depuis ces nombreuses années par le biais de leur marque éponyme, un puissant vent de liberté.